Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Haren - Page 2

  • Eclaircie

    glace01.jpg

    glace02.jpgLe dernier comité de concertation ne nous apporte pas de bon,nes nouvelles. Pourtant, il y a une éclaircie dans le ciel de Haren: le marchand de glaces est de retour!

    Faute de pouvoir voyager, la petite musique que Salvatore nous diffuse pour se faire annoncer nous met un peu de soleil dans les oreilles... et sur les papilles...

    glace03.jpg

    sok.jpg

    ANTE GLADIUM ALII LEVITATE PENNA ET HUMOREM

    Ecoutez WITLUwitluuf radio mur bleu.jpgUF radio en cliquant ici

  • Petite histoire de Haren (VI)

    harhis06a.jpg

    Nous poursuivons notre voyage à travers l'histoire de Haren avec ce sixième volet:

    harhis06b.jpg"La famille Vandernoot possédait à Haeren, de temps immémorial,un château et une ferme, situé près de la Ganseweyde. C'est le castrum, camp, ou plutôt forteresse, dont d'anciens actes signalaient l'existence à Haeren. Dans le principe, ce bien appartenait au De Hertoghe. Jean, fils de Gosuin De Hertoghe, surnommé à la barbe, eut pour héritières ses deux filles, Elisabeth et Marguerite De Hertoghe; celle-ci épousa Walter Vandernoot, à qui elle apporta en dot le bois de Creval près d'Assche; quand à Elisabeth, elle s'allia à Engelbert d'Enghien, chevalier, seigneur de Kestergat. Son fils Jean, le célèbre amman de Bruxelles du temps de Philippe Le Bon, son peit-fils Louis et son arrière-petite-fille Jeanne relevèrent succéssivement son fief de Haeren en 1451, en 1480, et le 25 mars 1514-1515. Jeanne épousa Florent de Mottenghien, seigneur d'Asprignies, puis elle se remaria à Henri Bauw, seigneur de Vremde, qui mourut le 1er janvier 1510. Sa fille unique, Elisabeth Bauw, décéda le 2 septembre 1560, sans avoir eut d'enfants de Jean de Cortenbach, seigneur de Keerbergen et Eechoven, de qui la demeure des Hertoghe prit le nom de hoeve van Cortenbach ou de het oudt casteel van Cortenbach. Ces deux époux testèrent, le 22 décembre 1537, au profit de messire Jeanne d'Enghien, fille de Virgile, seigneur de Santbergen, et cousine d'Elisabeth, épouse de Gaspar Vandernoot, seigneur de Carloo. Un des arrière-petits-fils de ce dernier, Philippe, capitaine d'une compagnie libre au service d'Espagne, fut seigneur de Cortenbach, ainsi que son neveu, Henri-Joseph, également capitaine d'infanterie, et qui périt avec son colonel Massion, à la prise de Valenciennes. Le frère de Henri-Joseph, Roger-Walter, baron de Carloo, laissa l'ancien château de Cortenbach à Haeren, avec ses dépendances consistant en 65 bonniers, sa cour féodale, etc., à son cinquième fils, Roger-Lamoral Vandernoot, cornette au régiment du marquis de Westerloo. Celui-ci eut pour héritier son frère Charles-Bonaventure, baron de Schoonhoven, qui fut créé conseiller de Brabant le 9 mars 1713, et comte le 16 mai 1716; plus tard, il devint membre du conseil d'état, grand bailli du Brabant wallon, et chambellan de l'empereur. Ce nouveau possesseur eut quelques difficultés avec sa mère, au sujet de sa part paternelle. Il épousa Catherine-Philippine de Waes et mourut le 21 janvier 1761. Son fils, le comte Jean-Antoine, baron de Schoonhoven, a considérablement embellit le château de Haeren, onstruction très simple, et qui emprunte sa principale beauté à sa situation sur le coteau qui descend vers la Senne. Maximilien-Louis, comte Vandernoot, marquis d'Assche et de Wemmel, fils aîné du comte Jean-Antoine, est mort en 1847 , ainsi que nous l'avons dit en parlant d'Assche.

    à suivre

    harhis06c.jpg

    sok.jpg

    ANTE GLADIUM ALII LEVITATE PENNA ET HUMOREM

    Ecoutez WITLUwitluuf radio mur bleu.jpgUF radio en cliquant ici

  • Brusselons 20/43

    brusselons20a.JPG

    Ca est le retour des BBQ! Mais en petit comité, dans sa bulle quoi!

     

    • Aftoekke: donner une volée
    • Bardaf: patatras
    • Clinche: poignée de porte
    • Doeffe: désargenté
    • Eulf: onze
    • Flessevringer: soiffard
    • Gemakkelaaïk: facile
    • Kapper: couper
    • Lier: échelle
    • Matantje: tapette
    • Nuût: jamais
    • Oendoon: mettre un vetement
    • Pataat: ça y est
    • Roeït: carreaux
    • Scheile: myope
    • Televeese: télévision
    • Verinventer: inventer
    • Wiegelwaegele: aller de travers
    • Zeuke: chercher

     

     

    Alleï, salut en de kost!

    brusselons20.jpg

    sok.jpg

    ANTE GLADIUM ALII LEVITATE PENNA ET HUMOREM

    Ecoutez WITLUwitluuf radio mur bleu.jpgUF radio en cliquant ici

  • Vandalisme ordinaire

    SAM_0236.JPG

    SAM_0237.JPGUne fois de plus un bien commun, cette fois l'aubette de l'arrêt de bus "Haren" rue de la Paroisse, a été victime d'un vandalisme ordinaire.

    Mais quelle peut être la motivation de ces crapuleux? Ils n'ont de toute façon pas assez dans le pantalon pour assumer leurs actes.

    Honte sur eux et sur ceux qui ont raté leur éducation!

    SAM_0235.JPG

    sok.jpg

    ANTE GLADIUM ALII LEVITATE PENNA ET HUMOREM

    Ecoutez WITLUwitluuf radio mur bleu.jpgUF radio en cliquant ici

  • Petite histoire de Haren (V)

    hist05a.jpg

    Cinquième volet de l'histoire de Haren telle que rapportée en 1855 par Alphonse Wauters:

    "La haute, moyenne et basse justice de Haeren, avait été rachetée par le domaine, du temps des archiducs Albert et Isabelle. Elle fut, de nouveau, donnée en engagère, le 3 août 1626, au capitaine Pierre Madoets, échevin de Bruxelles, moyennant une somme de 2100 florins, à laquelle Madoets ajouta 700 florins, le 14 avril 1638. Philippe-Godefroid Vandewouwere devint définitivement possesseur de cette juridiction, en augmentant l'engagère de 2800 florins (lettres patentes du 14 mai 1644, r. du 24 octobre 1644). Les filles de Vandewouwere et de Marie-Anne Masteleyn: Angéline et Régine, lui succédèrent (r. du 1er mars 1692); la dernière épousa successivement Jacques Ducx, chef-maïeur de Cappelle-au-Bois, et Charles-Frédéric Marischal de Biebersteyn. Elles vendirent Haeren à Guillaume Van Langendonck, seigneur de Beersele (r. du 2 octobre 1699), père de Guillaume (r. du 2 septembre 1722), et de Marie-Anne, baronne d'Heembeek, qui, tant pour elle que pour son frère, devenu imbécile, céda Haeren à Jean-Nicolas Servandoni d'Hannetaire et à sa femme Marguerite Huet (r. du 10 mars 1759).

    hist05b.jpgD'Hannetaire devait sa renommée et ses richesses à une profession pour laquelle on affichait, de son temps, un profond mépris. Peu d'artistes meilleurs que lui ont brillé sur la scène de Bruxelles, ou !il mourut en 1780, sans avoir quitté le théâtre. Il était né à Grenoble en 1718. Ses parents lui firent donner une excellente éducation et le destinaient à l'état écclésiastique; mais, ne se sentant pas la vocation nécessaire, il adopta la profession de comédien et y brilla constamment au premier rang. Possesseur, dit-on, de 80000 livres de rente, il tenait une maison charmante qu'embellissaient encore ses trois filles, connues à Bruxelles sous le nom des "Trois Grâces". Le prince de Ligne, qui aimait les arts, et qui aimait encore plus une des trois beautés, Angélique d'Hannetaire, venait souvent se délasser chez lui du cérémonial auquel l'obligeait le rang distingué qu'il occupait à la cour de Bruxelles. D'autres seigneurs suivaient son exemple, et la maison du célèbre acteur, rendez-vous obligé de tous les hommes d'esprit et de plaisir, formait une espèce d'athénée; un des passe-temps auxquels on s'y livrait, était de jouer des comédies improvisées, dont on ne donnait le sujet qu'au moment même de la réunion. D'Hannetaire embellit considérablement le château de Haeren, avec l'aide de son oncle, le chevalier Servandoni, qui excellait dans l'architecture et dans les tableaux de ruines et de perspectives. Le 28 décembre 1770, il vendit Haeren à Jean-Antoine, comte Vandernoot, chambellan de l'impératrice Marie-Thérèse, et à sa femme, Marie-Josèphe Taye, marquise de Wemmel (r. du 14 janvier 1771).

    hist05c.jpg

    sok.jpg

    ANTE GLADIUM ALII LEVITATE PENNA ET HUMOREM

    Ecoutez WITLUwitluuf radio mur bleu.jpgUF radio en cliquant ici